Blog header.png
  • Emilie

Energies de rentrée


Photo de Johannes Plenio

Je ne sais pas si c’est parce que j’ai vécu une vingtaine de rentrées scolaires dans ma vie au mois de septembre, mais malgré le fait que je vive depuis 12 ans à Maurice où la rentrée des classes a lieu en janvier (d’habitude. Là avec le corona, l’année scolaire s’est pris un coup dans l’aile et l'année scolaire terminera plus tard pour rattraper le temps perdu pendant le confinement. Clairvoyance pour une fois de nos élus qui ont compris que la continuité pédagogique à Maurice, ça a été plus que compliqué), bref, fin août / début septembre, je suis toujours dans une énergie de rentrée.


La rentrée, j’aime ça, j’ai toujours aimé ça. Les nouveaux stylos, les cahiers, les classeurs, et le sacro-saint agenda que j’ai aimé d’amour fou, surtout au lycée. C’était d’ailleurs mon premier blog, sur papier, et j’avais une seule lectrice, parfois deux ou trois, mais il y en avait une qui était plus fidèle à mes écrits du jour, c’était celle à qui j’envoyais des emails le soir après nous être séparées et celle qui est toujours la première à me lire, m’encourager, malgré les bébés qui sont nés et les kilomètres qui nous séparent. Cette semaine, ça fait 20 ans qu’on se connait, oui 20 ans tout pile, et même si nous n’avons été géographiquement que 3 ans dans le même espace (le lycée), nous sommes dans le même espace de tête et de coeur depuis 20 ans.


La rentrée, je disais, j’aime ça. Retrouver les ami-e-s (ou en rencontrer de nouvelles, pour la vie !), sentir l’air se rafraîchir, peu à peu admirer les couleurs de l’automne se déposer sur la colline d’en face, le ciel rose à 7h40 le matin, ressortir le manteau (bon, vous m’excuserez, ça fait longtemps que je n’ai pas vu le mois de septembre en France, donc je ne sais plus trop si ces trucs là se passent en septembre ou en octobre [mais je pense pas qu’on attende novembre pour sortir les manteaux en Lozère], en tout cas, c’est dans le même élan de rentrée), mon Papa qui dit « bon, cette année, on repart sur de bonnes bases ».


Et donc, pour « la rentrée », j’avais prévu de vous sortir un joli programme sur le yoga du matin. Pour ancrer de bonnes habitudes, pour optimiser l’énergie de la rentrée. Et parce que la vie arrive, et que je me suis coupé le pouce, que dans ma vie de consultante, j’ai eu un contrat inattendu qui a pris beaucoup de mon temps, que j’avais prévu de filmer en extérieur et qu’il a fait mauvais les jours où j’avais prévu de filmer, que mon espace mental a été pris pendant un bon moment sur la marée noire, je n’ai pas réussi à le sortir « à temps ». Ce programme, il sortira un peu plus tard, et ce sera très bien comme ça.


Parfois, on recule pour mieux sauter, et l’accepter fait partie du jeu. Oui, j’ai des objectifs à atteindre pour ma petite entreprise de yoga, et je les équilibre avec les autres objectifs que j’ai dans le reste de ma vie, et tout le reste qui n’était pas prévu. Quand la vie arrive, la vie arrive, et je réajuste le planning en fonction pour continuer à atteindre mes objectifs, tout en respectant autant que possible une façon plus douce de travailler, sans me surcharger et en ayant des espaces de repos et de détente plus importants que quand j’étais salariée. Ca reste un exercice d’équilibriste qui est souvent teinté de culpabilité, encore, mais je progresse dans une vision plus « slow living » de mon quotidien professionnel, et je pense que c’est ainsi que je peux le mieux contribuer au monde.

19 vues

Posts récents

Voir tout

Bain Boeuf, île Maurice

  • YouTube
  • Facebook
  • Instagram
  • Pinterest

©2020 by yogaavecemilie