Blog header.png
  • Emilie

La première minute de Love Actually

Love Actually, c’est le film qu’on regarde ce soir. C’est le film qu’on regarde chaque année après qu’on ait fait le sapin de Noël. Oui, nous avons nos petites traditions de Noël. Et je sais que dès la première minute, mon regard va se voiler. La première minute de Love Actually, ce sont des retrouvailles, à l’aéroport. Plein de gens trouvent ça triste, les aéroports et les gares, moi j’adore. Ce sont des lieux où l’amour, l’amitié, la joie s’expriment avec plus de fluidité qu’au quotidien. Avec plus d’intensité aussi. On s’y retrouve après une longue séparation. On se dit au revoir pour quelques mois en pleurant comme une madeleine (je suis la pleureuse de la famille, bien que je sois celle qui vive à 10 000 kms, c’est moi qui pleure quand je dis au revoir, et si je réussis à retenir mes larmes un peu plus longtemps que d’habitude, il suffit qu’on me dise « bah alors, tu pleures pas ? » pour que les vannes s’ouvrent. C’est contre-productif, parce que tout le temps que je mets à me dire « ne pleure pas », et la planification autour, m’empêche d’être vraiment là). Les aéroports et les gares, ce sont des espaces où on se dit qu’on s’aime, sans forcément se le dire vraiment. Bref. Ce soir, donc, je vais regarder Love Actually. Parce que c'est un film de Noël et que Noël est bientôt là (et que j’adore aussi voir Hugh Grant danser sans retenue au 10 Downing Street, comme on l’a fait dimanche dans le calendrier de l’Avent !)


Noël, c’est une fête que j’aime et qu’on fête relativement simplement dans ma famille, que ce soit chez mes parents, ou chez moi à Maurice en petit ou mini comité (#teamintrovertis). Sapin, bûche, chocolats, et bien sûr, cadeaux au pied du sapin… On se fait de jolis cadeaux, on cherche à faire vraiment plaisir et on se fait des listes d’idées. Et c’est l’occasion de demander ce petit jean trop beau made in Lozère qu’on n’ose pas s’offrir soi-même. Il devient un cadeau. Et en plus, vu qu’on va l’essayer ensemble (ça c’était en 2019, hein, en 2020 on ne fait pas de telles folies, en tout cas, pas quand on habite à Maurice et qu’il y a une quarantaine au retour), on passe un bon moment ensemble, c’est encore plus qu’un cadeau.

Les petits détails de mon sapin

Bon, on fait souvent du hors-piste, et c’est aussi ça qui est fun ! Parce qu’on a eu une idée spectaculaire (le kayak gonflable que nous ont offert ma belle-sœur et mon frère l’année dernière, on n’y aurait pas pensé nous-mêmes, et on l’adore !!), parce qu’on repense à une conversation où un membre de la famille nous a parlé d’une expérience qu’il/elle aimerait vivre ou d’un truc qui lui a plu. Je suis aussi une grande offreuse de bons cadeaux, notamment de bons cadeaux que mon frère et moi concoctons pour nos parents. Un repas tous les 6 ensemble dans un bon restaurant. Un concert. Un cours de photo. Un massage. Bref, on en a fait plein des bons avec des images et des petites blagounettes dedans (on a le même humour dans la famille, ça aide).


Parce que j’aime les cadeaux immatériels qui font vivre une expérience aux personnes qui les reçoivent. Le cadeau s’étale dans le temps, prend de l’ampleur. Le « cadeaufié » (la personne qui a reçu le cadeau, mot probablement au Larousse 2025) choisit le temps qui lui convient pour profiter de son cadeau, sent l’impatience grandir peut-être, au fil du temps qui passe avant sa réalisation, pense au « cadeauteur », le remercie après son expérience, bref. On communie à travers ces cadeaux.


Il y a aussi les cadeaux faits maison. On s’en fait régulièrement avec mon mari, en fait à chaque Noël et chaque anniversaire, et au-delà du cadeau, on voit tout le temps, la réflexion et la patience que l’autre a mis dans sa confection !


Bref, on entend souvent dire que Noël est une fête consumériste, et oui, ça l’est. Mais elle peut tout simplement être une fête de l’amour, en gardant le volet cadeau, en faisant en sorte qu’ils soient réfléchis, utiles, éthiques, locaux, qu’ils correspondent à la personne, qu’ils la fassent rêver… En mettant plein d’amour dans la démarche, et en cherchant tout simplement à faire plaisir au destinataire.


Et pour la première fois de ma vie, en tant que jeune entrepreneure, je réalise que je peux contribuer à rendre des personnes heureuses le jour de Noël : vous pouvez me mettre sous le sapin ! Et oui, vous pouvez offrir un cours de yoga, un mois de yoga, et même un programme de yoga (Matins Sereins par exemple !)…


Et le prix de départ est à… zéro euro/roupie ! Oui, vous pouvez offrir un cours de yoga à la personne de votre choix avec le code NOELHOHOHO (je m’amuse pour faire les codes !). Et oui, on peut faire un cadeau à zéro euro ! Le principal est de faire plaisir à la personne, de lui montrer qu’on la voit, qu’on sait ce qu’elle aime… Pas de honte à cela ! La période est compliquée et de nombreuses personnes ont perdu en pouvoir d’achat. Donc vous pouvez offrir jusqu’à 5 cours de yoga avec le code NOELHOHOHO. Vous réservez ici et vous recevrez un bon cadeau à offrir à la personne. Vous pouvez l’imprimer et y ajouter un petit mot doux qui fait référence à ce qui vous a donné envie de lui offrir du yoga. Ou vous pouvez recopier les informations d’accès au cours ou les lui envoyer par email… Vous voyez ce que vous préférez ! Puis, la personne choisira le créneau horaire qui lui convient pour suivre le cours en direct ou elle aura accès au replay si les horaires ne fonctionnent pas pour elle… Bref, ça fonctionne comme un cours normal !


Et vous, vous aimez jouer au père Noël ?



48 vues

Bain Boeuf, île Maurice

  • YouTube
  • Facebook
  • Instagram
  • Pinterest

©2020 by yogaavecemilie